RESSOURCES - Page 4

  • SEMAINE NATIONALE DU 14 AU 20 MARS !!

    256654787.gif

     

    La Semaine Nationale des Personnes Handicapées Physiques déroule son histoire depuis  1948. Elle est l' une des plus anciennes opérations de collecte de l'APF. Elle reste d'actualité pour bon nombre de délégations, grâce à une collecte nationale.

    Une OPÉRATION Ressource dont notre association ne saurait se passer cette année encore. Ces fonds permettront à notre délégation de continuer à mener à bien ses projets et ses actions en faveur des personnes en situation de handicap moteur.

    Vous avez envie de participer à cette grande opération de collecte, alors contactez Julie par mail : julie.cramoisy@apf91.org

     

     

  • TOUT SAVOIR SUR LA AAH OU LA PCH

    Pour l’instant, vous percevez l’AEEH, une allocation qui compense (en partie) les frais liés au handicap de votre enfant, votre réduction d’activité ou l’arrêt de votre travail. Vous passez pourtant la majeure partie de vos journées à prendre soin de votre enfant handicapé : un vrai job à temps plein ! Et si la PCH était plus adaptée à votre situation ?

    500_F_68950305_k6lhbZNHbRyaW2pwGMRaY8Y9D5i2yPXY.jpg

    PCH.jpg.jpg

    AEEH ou PCH :

     

     

     

     

    pour qui est-ce plus intéressant ?

     Cas de figure n°1 : Édith travaille à mi-temps pour s’occuper de son fils IMC. Le temps quotidien qu’elle lui consacre – pour la toilette, l’habillage et l’alimentation – est estimé à 4 heures environ les jours d’école, 6 heures durant le week-end et les vacances. Une moyenne de 158,5 heures mensuelles est évaluée.

    • Verdict : Édith peut prétendre au 4e complément de l’AEEH (579,13 €). Néanmoins, avec la PCH, 873 € (158,5 x 5,51 € par heure) seront attribués pour le dédommagement de l’aidant familial.
    • Ce qu’il faut retenir : dès l’instant où vous avez réduit (ou cessé) votre activité et que le temps d’aide pour les actes essentiels et/ou de surveillance est important (plusieurs heures par jour), la PCH peut s’avérer plus avantageuse que l’AEEH avec complément.

    Cas de figure n°2 : Kamel et Aline sont les parents de Marjorie, 12 ans, porteuse d’un TED et accueillie en journée dans un IME. Kamel travaille à temps plein et Aline travaille tous les jours sauf le mercredi.

    • Verdict : la réduction du temps de travail de 20 % n’ouvrira droit qu’au complément 2 de l’AEEH, soit 264,04 €. Par contre, la PCH prendra en compte non seulement l’aide apportée le mercredi, mais également le soir et le week-end, au titre de la surveillance.
    • Ce qu’il faut retenir : alors que l’AEEH nécessite de répondre à des critères précis, la PCH propose une étude personnalisée de chaque situation.

    Cas de figure n°3 : Paule et Laurent sont les parents d’Aurélien, polyhandicapé, qui nécessite des soins constants. Laurent n’exerce aucune activité professionnelle. Il est épaulé chaque jour par une aide à domicile, via un service mandataire.

    • Verdict : le 6e complément de l’AEEH (1 096,50 €) couvrira soit l’investissement de Laurent auprès de son fils, soit le salaire de l’aide à domicile. La PCH, elle, prendra en compte les deux, en attribuant par exemple un total de 12 heures quotidiennes qui pourront se répartir comme suit : 8 heures de dédommagement familial + 4 heures d’aide à domicile ; soit environ 2 530 € par mois.
    • Ce qu’il faut retenir : dès lors que vous embauchez une tierce personne pour vous épauler dans votre quotidien, le calcul mérite d’être fait. Surtout si vous faites appel à un service mandataire ou prestataire : leurs heures sont très bien remboursées !

    Cas de figure n°4 : Théo, 15 ans, est atteint d’une déficience motrice. Jusqu’à présent, sa famille percevait le 2e complément de l’AEEH, justifié par l’embauche d’une tierce personne 10 heures par semaine. Mais l’état de Théo vient de s’aggraver, et les besoins d’assistance sont désormais plus importants.

    • Verdict : le conseil général pourra éventuellement mettre en œuvre une procédure d’urgence, qui réduira le temps d’instruction du dossier et permettra de passer du complément de l’AEEH à une PCH aide humaine.
    • Ce qu’il faut retenir : lorsqu’un changement intervient dans la situation de l’enfant (comme une aggravation de son état de santé), il est possible de déposer une nouvelle demande sans attendre l’échéance du droit en cours.

     

    vrai-faux-bulles.jpgVrai ou faux : idées reçues sur la PCH

    1. L’attribution de l’aide humaine suppose d’être éligible à la PCH

    Vrai. L’enfant doit présenter une difficulté absolue pour la réalisation d’une activité ou une difficulté grave pour la réalisation de deux activités. Ses difficultés doivent se situer parmi les actes essentiels. À défaut, l’évaluation devra constater qu’un aidant apporte 
à l’enfant un temps d’aide d’au moins 45 minutes par jour pour les mêmes actes ou au titre de la surveillance.

    2. La surveillance nocturne n’est pas prise en charge par l’aide humaine

    Faux. Dès lors qu’un enfant
 a besoin de soins constants en lien avec son handicap – sondage urinaire, gastrostomie –, ce temps est comptabilisé au titre de l’aide humaine.

    3. L’aide humaine est rarement attribuée à des enfants de moins de 3 ans

    Vrai. Les besoins en aide humaine s’apprécient toujours au regard des capacités d’un enfant du même âge, sans déficience. Or, l’autonomie d’un enfant étant limitée avant l’âge de 3 ans,
il est compliqué de distinguer les difficultés induites par le handicap.

    4. J’accompagne mon enfant à une activité sportive adaptée : ce temps relève de l’aide humaine

    Vrai. Ce temps est pris en compte au titre de la participation à la vie sociale (plafonné à 60 minutes par jour et 30 heures par mois).

    5. Si je demande la PCH, je ne pourrai plus faire machine arrière

    Faux. La MDPH calculera le montant des deux prestations : le complément de l’AEEH et la PCH. Je disposerai de quinze jours pour choisir avant le passage en CDAPH*. Si je choisis la PCH (et que ce choix est validé), je cumulerai cette aide avec l’AEEH de base (129,99 €).

    * Commission des droits 
et de l’autonomie des personnes handicapées.

    Pour en savoir plus :

     

    SOURCE : MAGASINE DECLIC

  • HandiDon 2015: Deuxième édition du grand jeu national solidaire de l'APF!

    L’Association des paralysés de France (APF) relance son grand jeu national solidaire : HandiDon. Cette opération permet aux participants qui se procurent des tickets-dons, de remporter de nombreux lots tout en aidant les personnes en situation de handicap moteur et leur famille. 

    Ainsi, du 1er septembre au 1er décembre, des tickets-dons, au prix suggéré de 2€, sont mis en circulation dans les structures de l’association, sur le site Internet www.handidon.fr et dans des magasins partenaires lors d’opérations spéciales.

    Google+(couv)HandiDon2015.jpg

    UN GRAND JEU NATIONAL ANNUEL !

    En 2014, grâce à la mobilisation des acteurs de l’APF, de ses partenaires et du grand public, la première édition de HandiDon fut un beau succès avec des centaines de milliers de participants. L’argent récolté a pour but de financer des actions de proximité à destination d’enfants, de jeunes et d’adultes en situation de handicap ainsi que leur famille dans toute la France.

    Voilà à présent venu le temps de la 2ème édition !

    Cette année, en plus du tirage au sort national prévu le 17 décembre, un tirage au sort par région sera organisé le 10 décembre. Une opportunité de plus de gagner !

    Pour cette nouvelle édition, les lots offerts par les partenaires de l’APF sont encore plus nombreux ! Peugeot 2008, séjours de vacances, vélo électrique, tablettes numériques, entrées à Disneyland® Paris et plein d’autres cadeaux !

    La remise des prix aura lieu à Disneyland Paris à l’occasion d’une grande journée solidarité organisée le mercredi 20 janvier 2016. Quelques 300 enfants et parents accompagnés par l’Association des Paralysés de France seront accueillis par les Disney VoluntEARS, les bénévoles de Disneyland Paris, pour profiter des nombreuses attractions, spectacles et rencontres avec les personnages Disney.

     

    DES SOUTIENS DE TAILLE !

    Thierry Beccaro, comédien et présentateur de télévision, fait l’honneur à l’APF de renouveler son parrainage de l’opération HandiDon. Il s’est notamment engagé en prêtant son image à l’association, en enregistrant des spots radio ainsi que des vidéos de motivation interne en direction des équipes de l’APF.

    « Si je devais résumer en un mot ma participation en tant que parrain de la première édition de HandiDon, je dirais : fierté. […] Je suis à la fois heureux et flatté de parrainer HandiDon, le grand jeu national de l’APF.

     

    De nouvelles entreprises se sont également engagées aux côtés de l’APF et des nombreux partenaires de la première édition. Ainsi, la Société Générale, PriceMinister-Rakuten, Disneyland Paris, Helpevia, Conforama, Restalliance, Adecco Medical, Solware, Sodexo, Chorum, Biogen, Fiducial, Belambra, Vitalrest, UCPA, Bristol-Myers Squibb, Peugeot, Office Dépôt ont apporté leurs soutiens matériels, financiers ou ont fait don de leur temps à l’APF.

     

    DEVELOPPER LES ACTIONS DE L’APF EN FAVEUR DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

    Les fonds collectés avec HandiDon financeront les actions de proximité de l’APF en faveur des enfants et adultes en situation de handicap dans toute la France : ateliers, groupes de parole, sorties, accompagnement vers l’emploi, aide juridique, lutte contre les discriminations.

     

    Du 1er septembre au 1er  décembre, soutenez les actions de proximité de l’APF

    en vous procurant des tickets-dons surwww.handidon.fr  ou auprès des structures de l’association.

     

    HandiDon, c’est l’affaire de tous.

     

    Ensemble, faisons cap aujourd’hui vers une société inclusive !