SANTÉ - Page 5

  • Journée mondiale de la sclérose en plaques

    l’Unisep lance une campagne nationale de sensibilisation axée sur le Web.

    Aujourd'hui, c’est la Journée mondiale de la sclérose en plaques (Sep), maladie auto-immune invalidante et évolutive qui touche près de 80 000 personnes, âgées de 20 à 35 ans et en majorité des femmes.
    À l’occasion de cet événement, l’Union pour la lutte contre la sclérose en plaques (Unisep) lance une campagne nationale de sensibilisation. Objectifs ? Faire connaître la maladie et combattre quelques idées reçues. Porte-paroles de cette campagne digitale conçue comme un échange sur Facebook, Mel Bugand, médaille de bronze au championnat de France handisport 2013 de tir à l’arc et Nathalie Benoit, médaille d’argent en skiff (aviron, catégorie bras-épaules) aux Jeux paralympiques de Londres 2012. Dans la vidéo, les deux jeunes femmes apprennent leur maladie, partagent informations et inquiétudes avec leurs amis mais montrent aussi que leur vie est faite de projets et de succès.

    Article paru dans le blog faire face

  • Appel à témoignages : médecine et handicap, quelles avancées depuis 80 ans ?

    Pour fêter ses 80 ans, qui sont aussi ceux de l'APF, Faire Face prépare un numéro spécial anniversaire.
    L'un des articles sera consacré aux progrès médicaux de ces 80 dernières années, ainsi qu'aux perspectives d'avenir, pour les personnes en situation de handicap.

    Si vous estimez que certaines avancées, du point de vue de la reconnaissance et de la prise en charge du handicap par les médecins, des progrès techniques ou technologiques (fauteuil, prothèses...), des médicaments ou autres... ont révolutionné votre quotidien ou celui d'un proche maintenant âgé, n'hésitez pas à contacter directement la journaliste en charge de cet article :
    Audrey Plessis - plessis.aud@gmail.com.
    Elle pourra recueillir votre témoignage d'ici le 18 avril 2013.

    Article blog faire face

  • "Faut-il légaliser le cannabis thérapeutique ?" Le dossier du mois d’avril du magazine Faire Face

    3489663619.jpg
    Le magazine Faire Face consacre son dossier d’avril à la question de la dépénalisation du cannabis à usage thérapeutique. En effet, malgré l’interdiction de consommation en vigueur en France, de nombreuses personnes en situation de handicap ou atteintes de maladies chroniques ou évolutives bravent la loi afin de soulager leurs douleurs.

    Ainsi, le magazine Faire Face retrace les récentes prises de position d’hommes et de femmes politiques en faveur de la légalisation du cannabis thérapeutique et les cas de procès et de condamnations d’utilisateurs handicapés relayés régulièrement par la presse. Il fait aussi le point sur les essais cliniques réalisés ces dernières années, dont certains ont prouvé l’intérêt médical du cannabis dans certaines indications. Une interview croisée d’un professeur en pharmacologie et d’un médecin psychiatre présente les arguments des opposants et de ceux qui sont favorables à la légalisation du cannabis thérapeutique. Des témoignages de personnes en situation de handicap consommatrices de cannabis dans un but thérapeutique viennent compléter ce dossier.

    Handicapés et hors-la-loi


    Aujourd’hui, des centaines de personnes malades ou en situation de handicap consomment du cannabis dans un but thérapeutique. La presse relaye régulièrement des cas de personnes condamnées pour usage de stupéfiants dans un but médical. Le Marinol, seul médicament dérivé du cannabis autorisé en France est difficilement accessible, seule une centaine de personnes par an ont l’autorisation de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) de l’utiliser.

    Quelques hommes et femmes politiques se sont déclarés en faveur de la dépénalisation du cannabis thérapeutique : Daniel Vaillant, Vincent Peillon ou Cécile Duflot. Pourtant, le chef de l’Etat ne semble pas prêt à légaliser le cannabis, même pour raisons thérapeutiques, a-t-il précisé en octobre dernier.


    Que retenir des essais cliniques ?


    Depuis une vingtaine d’années, les recherches concernant le potentiel thérapeutique du cannabis se sont multipliées. Certaines permettant de prouver son efficacité notamment pour la réduction des nausées sévères et des vomissements liés aux chimiothérapies et radiothérapies anticancéreuses ainsi que pour la diminution de la spasticité chez les personnes atteintes de sclérose en plaques, d’autres soulignant les risques qu’il entraîne. Un quart des utilisateurs constatent des effets secondaires gênants du type somnolence, anxiété ou difficultés de concentration.


    Le "cannabis-médicament" est-il envisageable en France ?


    Jean Constentin, professeur de pharmacologie, président du Centre national de prévention, d’études et de recherche en toxicomanie (CNPERT) et Alain Rigaud, médecin, psychiatre, président de l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (Anpaa) opposent leurs arguments dans le cadre d’une interview croisée sur l’utilisation du cannabis en tant que médicament.


    Quand le cannabis soulage

    Six personnes souffrant d’un handicap, d’une maladie chronique ou évolutive apportent leurs témoignages sur leur utilisation du cannabis dans un but thérapeutique.

    Ainsi, grâce au cannabis, Hervé 1a pu soulager ses douleurs musculaires, Claudine1 a réussi à gérer les effets secondaires de sa chimiothérapie et Stéphan1 et Damien1, atteints de sclérose en plaques, ont mieux supporté leurs douleurs. Une association de patients consommateurs de cannabis et militants pour une dépénalisation à usage thérapeutique a d’ailleurs vu le jour.

    [1] Les prénoms ont été changés


    article vu dans blog apf faire face

  • Stratégie nationale de santé : l’APF auditionnée

    logo+signWeb.jpgLe 8 février dernier, le Premier ministre a lancé la Stratégie nationale de santé, "une réforme structurelle du système de santé".
    Il a nommé un comité des sages de sept personnes et contrôlé par l'inspecteur général des finances Alain Cordier, qui sera chargé de coordonner les travaux de la Stratégie nationale de la santé.

    C’est dans ce cadre que l’APF a été auditionnée par Alain Cordier. L’occasion pour l’association de faire part de ses positions
    sur la santé et d’évoquer des sujets tels que l’accès aux soins, l’accès à la CMU, le parcours de soins, la formation des professionnels, la question de l’offre de service au regard des déserts médicaux…

    Lu sur le Blog Politique de l’APF.

  • Le 28 février 2013 c’est la journée internationale des maladies rares

    Affiche journée internationale des maladies rares.jpgLe 28 février prochain, se tiendra la 6ème Journée internationale des maladies rares (Rare Disease Day) qui mobilisera plus de 60 pays, en Europe, Asie, Amérique du Nord et du Sud, Australie et Afrique, autour d’un même message : « Maladies rares sans frontières ».
    En effet, si chaque maladie est rare, les malades eux sont nombreux à travers le monde. En Europe, 30 millions de personnes sont concernées. La coopération internationale entre les malades, les associations, les chercheurs et les États est donc indispensable pour lutter contre ces maladies. Le slogan de la 6ème édition invite à faire tomber les murs, les barrières que chaque malade rencontre au quotidien. Pour être au plus proche des malades et de leurs lieux de vie, l’Alliance Maladies Rares accentuera en région ses actions de sensibilisation afin de faire connaître les maladies rares.

    Pour l’occasion des actions de sensibilisation aux maladies rares vont être organisées sur l'ensemble du territoire français.

    L’Alliance Maladies Rares mènera des actions de sensibilisation auprès du grand public à bord des iDTGV. Des animations seront proposées dans les trains au départ de Paris à destination de grandes villes de France. Des dépliants d’information et des quizz sur les maladies rares seront distribués.
    Une multitude d’actions seront également déclinées dans de nombreuses régions, de la Champagne-Ardenne à l’Aquitaine, de la Basse Normandie à PACA en passant par le Languedoc- Roussillon, l’Auvergne, …

    Pour l’Ile-de-France 2 évènements majeurs sont prévus :
    - Un grand rassemblement à 12h00 le jeudi 28 février sur le Pont des Arts à Paris. L'Alliance Maladies Rares avec tous les autres acteurs de la Plateforme Maladies Rares (AFM-Téléthon, EURORDIS, ORPHANET, Maladies Rares Info Services, et la Fondation maladies rares) se mobilisent pour créer un rassemblement. Ce rendez-vous doit rassembler le plus de personnes possible ! VENEZ NOMBREUX !
    - Le samedi 2 mars une animation aura lieu à la Cité de la Santé (Cité des
    Sciences – Parc de la Villette) de 14h à 18h. Pour plus de renseignements sur cet évènement vous pouvez contacter Mme Paulette Morin (pmorin.marfan@gmail.com ou 01 64 62 03 75)

    Cliquez ici pour voir la vidéo de présentation de cette grande journée.

    Cliquez ici pour retrouver toutes les informations relatives à 6e Journée internationale des maladies rares.