canabis

  • "Faut-il légaliser le cannabis thérapeutique ?" Le dossier du mois d’avril du magazine Faire Face

    3489663619.jpg
    Le magazine Faire Face consacre son dossier d’avril à la question de la dépénalisation du cannabis à usage thérapeutique. En effet, malgré l’interdiction de consommation en vigueur en France, de nombreuses personnes en situation de handicap ou atteintes de maladies chroniques ou évolutives bravent la loi afin de soulager leurs douleurs.

    Ainsi, le magazine Faire Face retrace les récentes prises de position d’hommes et de femmes politiques en faveur de la légalisation du cannabis thérapeutique et les cas de procès et de condamnations d’utilisateurs handicapés relayés régulièrement par la presse. Il fait aussi le point sur les essais cliniques réalisés ces dernières années, dont certains ont prouvé l’intérêt médical du cannabis dans certaines indications. Une interview croisée d’un professeur en pharmacologie et d’un médecin psychiatre présente les arguments des opposants et de ceux qui sont favorables à la légalisation du cannabis thérapeutique. Des témoignages de personnes en situation de handicap consommatrices de cannabis dans un but thérapeutique viennent compléter ce dossier.

    Handicapés et hors-la-loi


    Aujourd’hui, des centaines de personnes malades ou en situation de handicap consomment du cannabis dans un but thérapeutique. La presse relaye régulièrement des cas de personnes condamnées pour usage de stupéfiants dans un but médical. Le Marinol, seul médicament dérivé du cannabis autorisé en France est difficilement accessible, seule une centaine de personnes par an ont l’autorisation de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) de l’utiliser.

    Quelques hommes et femmes politiques se sont déclarés en faveur de la dépénalisation du cannabis thérapeutique : Daniel Vaillant, Vincent Peillon ou Cécile Duflot. Pourtant, le chef de l’Etat ne semble pas prêt à légaliser le cannabis, même pour raisons thérapeutiques, a-t-il précisé en octobre dernier.


    Que retenir des essais cliniques ?


    Depuis une vingtaine d’années, les recherches concernant le potentiel thérapeutique du cannabis se sont multipliées. Certaines permettant de prouver son efficacité notamment pour la réduction des nausées sévères et des vomissements liés aux chimiothérapies et radiothérapies anticancéreuses ainsi que pour la diminution de la spasticité chez les personnes atteintes de sclérose en plaques, d’autres soulignant les risques qu’il entraîne. Un quart des utilisateurs constatent des effets secondaires gênants du type somnolence, anxiété ou difficultés de concentration.


    Le "cannabis-médicament" est-il envisageable en France ?


    Jean Constentin, professeur de pharmacologie, président du Centre national de prévention, d’études et de recherche en toxicomanie (CNPERT) et Alain Rigaud, médecin, psychiatre, président de l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (Anpaa) opposent leurs arguments dans le cadre d’une interview croisée sur l’utilisation du cannabis en tant que médicament.


    Quand le cannabis soulage

    Six personnes souffrant d’un handicap, d’une maladie chronique ou évolutive apportent leurs témoignages sur leur utilisation du cannabis dans un but thérapeutique.

    Ainsi, grâce au cannabis, Hervé 1a pu soulager ses douleurs musculaires, Claudine1 a réussi à gérer les effets secondaires de sa chimiothérapie et Stéphan1 et Damien1, atteints de sclérose en plaques, ont mieux supporté leurs douleurs. Une association de patients consommateurs de cannabis et militants pour une dépénalisation à usage thérapeutique a d’ailleurs vu le jour.

    [1] Les prénoms ont été changés


    article vu dans blog apf faire face