APF FRANCE HANDICAP NATIONAL

  • APF France handicap s’implante en Guadeloupe

    tribloo-destinations-2-817fdb97a75310ba0615309c64041462.jpgPour la première fois de son histoire, APF France handicap s’implante en Outre-mer avec le Pôle Guadeloupe Autonomie.

    Notre association reprend les activités d’aide à la personne de l’Association Guadeloupéenne de Soutien aux Personnes Handicapées (AGSPH). Cette reprise s’est concrétisée, début 2021, par la création du Pôle Guadeloupe Autonomie qui réunit aujourd’hui la globalité des 22 salariés de l’AGSPH.

    Ce nouveau pôle, qui regroupe un service d’accompagnement à la vie sociale (SAVS) et un centre de ressources, d’informations et de conseils sur les aides techniques (CRICAT), proposera également des activités liées à la formation et l’accompagnement vers l’emploi  et des prestations paramédicales effectuées en lien avec le CHU de Pointe-à-Pitre.

    "En reprenant des activités de l’AGSPH et en créant ainsi le Pôle Guadeloupe Autonomie, APF France handicap poursuit sa feuille de route : celle d’une société inclusive, solidaire et innovante. En collaborant avec l’AGSPH, nous mettons à disposition des personnes en situation de handicap et de leurs proches une véritable expertise fondée sur leurs réels besoins", affirme Prosper Teboul, Directeur général d’APF France handicap.

    Cette collaboration va au-delà de la création de ce pôle. En effet, APF France handicap entend aussi développer une vie associative et militante en s’appuyant sur ses adhérents présents localement et sur l’excellente connaissance du secteur de l’AGSPH.

    À l’instar de ses structures métropolitaines, APF France handicap souhaite mettre en place progressivement des espaces de rencontres entre les personnes afin de favoriser le lien social, de développer des actions de sensibilisation et de revendication et de développer les partenariats nationaux et locaux comme ceux déjà noués avec l’AFM Téléthon.

    Retrouvez le communiqué de presse ICI

  • APF France handicp - Assemblée générale 2021

    index.png

    Notre Assemblée générale se tiendra le samedi 26 juin 2021. Une date à noter dans vos agendas !

    Nous espérons que la situation sanitaire nous permettra de vivre cet événement associatif dans de bonnes conditions, mais nous prévoyons d’ores et déjà un double format : un site principal en Normandie (le Carré des Docks au Havre) et 11 sites en visioconférence, un dans chacune des autres régions.

    Toutes les précautions seront prises pour que ceux qui le souhaitent puissent participer à l’AG dans le respect des consignes sanitaires.

    Comme chaque année, l'assemblée générale permettra de rendre compte de l'activité au cours de l'année 2020, dans le contexte inédit de la crise sanitaire, sociale, environnementale et économique.

    Au-delà, et à la lumière du projet associatif, cette assemblée générale sera l’occasion de faire le point sur la démarche « Le monde change, soyons acteurs de ce changement » et d’évoquer les perspectives à venir pour l’association.

    Les inscriptions seront ouvertes fin avril.

  • Déconjugalisation de l’AAH : un premier pas à confirmer

    APF France handicap se félicite que la commission des affaires sociales du Sénat et son rapporteur Philippe Mouiller aient conforté ce matin le principe d’une déconjugalisation de l’AAH. Toutefois, le chemin est encore long et nous restons mobilisés.

    Le fait que l’individualisation de l’AAH (allocation adulte handicapé) ait été actée par la commission et son statut de minimum social spécifique souligné est une bonne nouvelle.
    En outre, les amendements du rapporteur votés par la commission permettent a priori de corriger les scories rédactionnelles de la version initiale de la proposition de loi et, en particulier, la suppression de la majoration du plafond de ressources pour les bénéficiaires ayant un enfant.
    Toutefois, le chemin vers l’individualisation de l’AAH est encore long puisque les amendements adoptés ce jour doivent être discutés en séance publique le 9 mars.
     
    Le texte sera ensuite à nouveau débattu à l’Assemblée nationale avec un devenir incertain, le Gouvernement ayant fortement réaffirmé son opposition à cette individualisation.
    Nous interrogeons également l’approche proposée par le rapporteur qui consiste à étudier l’intégration à terme de l’AAH dans la nouvelle branche autonomie de la Sécurité sociale : il ne faut pas confondre l’AAH et la prestation de compensation du handicap (PCH).
     
    L’AAH est une ressource destinée à subvenir (certes mal au regard de son montant) aux dépenses du quotidien (loyer, nourriture…), la PCH permettant, elle, de financer (encore insuffisamment) les dépenses liées aux conséquences du handicap (aide humaine, fauteuil roulant…).
     
    Nous estimons donc qu’il convient de considérer, pour les travaux à venir, l’AAH comme un revenu individuel d’existence.
     
    Pour soutenir la mobilisation d'APF France handicap, cliquez ici
  • Déconjugalisation de l'AAH : APF France handicap s'adresse aux sénateurs

    mariannejpg-300x300.jpgLe 18 février 2021, Sophie Cluzel était auditionnée par la commission des affaires sociales du Sénat sur la possibilité de déconjugaliser l’AAH, une mesure portée dans le cadre de la proposition de loi (PPL) portant "diverses mesures de justice sociale". La Secrétaire d’État avait alors réitéré son refus. APF France handicap avait rapidement réagi par une communication publique.

    Pour visionner le replay de l'audition, cliquez ici

    Le 1er mars, dans la perspective de l'examen parlementaire de la PPL, APF France handicap a transmis aux sénateurs de la commission des affaires sociales une analyse des réponses de la Secrétaire d’État concernant la question relative à la déconjugalisation de l'AAH.

    En substance, la position d'APF France handicap :

    • L’AAH est avant tout un revenu d’existence qui devrait être individualisé.
    • Les personnes en situation de handicap ne demandent pas la suppression de toute notion de plafond de ressources mais de ne prendre en compte que le plafond de ressources du bénéficiaire de l’AAH.
    • La référence au droit commun s’agissant des minima sociaux pose question : le droit commun des minima sociaux a été fortement interrogé sur son efficience pour garantir le droit de vivre dignement pour les bénéficiaires de ces minima lors de la concertation sur le revenu universel d'activité (RUA). La référence au droit commun s’inscrirait plutôt par un rapprochement de l’AAH à la pension d’invalidité : l’AAH pourrait devenir une allocation de sécurité sociale non contributive – financée par la solidarité nationale - pour les personnes en situation de handicap ne pouvant pas travailler (et n’ayant pas pu cotiser).
    • Le secrétariat d’État reconnait lui-même la nécessité de faire une étude d’impact d’une telle mesure. On peut donc s’interroger sur les chiffres avancés qui varient considérablement au fil des auditions parlementaires.
    • Le gouvernement met en avant l’argument sur les perdants d’une telle réforme. En 2019, en supprimant le complément ressources de l’AAH pour les nouveaux bénéficiaires et en réduisant les plafonds des ressources pour les couples, le gouvernement a fait fi des perdants de leur réforme. D’autre part, s’il y a 44 000 perdants (donnée à vérifier), il y a aussi plus de 200 000 gagnants. Enfin, un dispositif d’option permettrait d’éviter des bénéficiaires de l’AAH d’être perdant.
    • Depuis le début du quinquennat, nous demandons un « chantier sur les ressources des personnes handicapées » au gouvernement en vue d’améliorer le dispositif actuel de l’AAH et dans une perspective de créer un revenu universel. En fin de quinquennat, la mission parlementaire proposée par la Secrétaire d’État ne permettra pas de prendre des mesures avant 2022. Rappelons qu’avait déjà été annoncé l’an passé un chantier sur la question du cumul AAH/revenus d’activités, chantier qui n’a pas été mené finalement.

    Pour télécharger l'analyse intégrale d'APF France handicap, cliquez ici

  • MASQUE TRANSPARENT APF ENTREPRISES À FENÊTRE HOMOLOGUE UNS1

    Capture d’écran 2021-03-12 092852.jpgInitié en juillet 2020, le partenariat qui liait Anissa Mekrabech avec sa start-up Asa Initia et APF Entreprises, le réseau d’entreprises d’APF France handicap, a pris fin. ​​​Dès lors nous n’avons juridiquement plus l’autorisation d’utiliser le terme « Masque Inclusif ».

    ASA INITIA a conçu le Masque Inclusif, un masque transparent innovant permettant de faciliter la lecture labiale et de rendre visible les expressions du visage, élément important dans les relations humaines.

    APF France handicap a été fière et heureuse d’accompagner financièrement, commercialement et industriellement le projet afin de lancer la production de ces masques.

    Au regard de leurs ambitions différentes, APF France Handicap et ASA INITIA ont choisi de mettre fin à leur partenariat. Chaque partie commercialisera dorénavant ses propres produits de façon distincte.

    Compte tenu de l’évolution de l’épidémie, APF Entreprises continue de produire et de commercialiser des masques transparents, sous son nom propre « Masque transparent APF Entreprises », afin de répondre au besoin sanitaire et de maintenir les 270 emplois créés pour la production.

    « Cette décision repose sur l’ampleur du besoin mais également la mobilisation d’APF Entreprises qui grâce à ce projet a pu maintenir dans l’emploi ou recruter 270 personnes dont 80% en situation de handicap dans un contexte de crise économique inédit. Par ailleurs, nous avons investi plus 500 000 euros pour équiper nos chaînes de production, et engagé 5 millions de flux de trésorerie. » précise Serge Widawski, directeur national d’APF Entreprises.

    Déjà impliquée dans le projet « Résilience » depuis le début de la crise sanitaire avec une dizaine d’entreprises adaptées d’APF Entreprises, l’association a pu mobiliser rapidement son savoir-faire inclusif pour finaliser le prototypage et modéliser le processus industriel pour la production de ce masque, grâce notamment à la mobilisation de 5 partenaires du secteur du handicap et de l’insertion. ​​​​​​​

    Où acheter le masque ? Les différents points de vente

    Le masque transparent APF Entreprises reste disponible à l’achat pour les particuliers et les entreprises.

    ​​​​​​​Pour les particuliers et répondre aux demandes de masques en petite quantité de vos partenaires, connaissances, etc… voici les trois points de vente :

    Pour les entreprises et les commandes supérieures à 100 unités, le contact privilégié reste la force commerciale APF Entreprises : commercial@apf.asso.fr