• Vous avez dit accessibilité ...

    Vendredi 27 juin, après-midi ensoleillé à Ris. Rassemblé autour de Monsieur le Conseiller Municipal chargé du Handicap, un petit groupe recueilli d'institutionnels et d'associatifs. C'est la première réunion de la commission rissoise d'accessibilité, comme ça a déjà été fait ou va se faire dans la plupart des communes de plus de 5000 habitants, afin d'appliquer la loi de février 2005. Description des objectifs et annonce d'un calendrier prévisionnel. Premier point à l'ordre du jour: dresser l'état des lieux. En d'autres termes, comment on va s'organiser pour effectuer sur toute la voierie et l'ensemble des bâtiments publics de la commune un recensement précis des passages difficiles, voire dangereux ou impossibles pour les personnes en situation de handicap et / ou à mobilité réduite. Mission confiée au responsable des services techniques, qui expose son programme en insistant sur l'ampleur de la tâche. Question posée dans l'assemblée à ce dynamique responsable, 1674807528.jpg« Vous avez sans doute, pour base de départ, bon nombre de témoignages de personnes handicapées de Ris vous signalant leurs difficultés à se déplacer en certains points de la commune ou à accéder à des bâtiments? » « Non, nous n'avons eu à ce jour aucune remontée ni des personnes ni des associations! » Quelques jours plus tard, dans toutes les boites à lettres, un numéro spécial du journal Les Echos de Bondoufle, intitulé « Bondoufle accessible à tous ». Mise en page et rédaction soignées, tour de la question bien complet. En page 2, un intertitre en gras « Merci de nous signaler les restrictions d'accessibilité ». En page 4, un formulaire à découper et retourner « Aidez-nous à recenser les difficultés de circulation et d'accessibilité sur la commune rencontrées par les personnes en situation de handicap » Voilà, chers amis, juste deux petits exemples d'une ferme volonté qui me satisfait: on veut désormais s'occuper de ce problème crucial des accès et déplacements. Voilà aussi, chers amis, deux exemples d'un discours qui me gêne. L'implication et la bonne volonté de nos responsables locaux sont manifestes. Mais leur engagement, sorte de don gratuit, nous parait comme le fruit d'une prise de conscience faite en interne dans les équipes municipales. Sans qu'il y ait eu au fil des mois et des années, aucun témoignage remonté dans les mairies, aucune demande ou revendication des personnes en situation de handicap. Ce serait donc un tel silence des intéressés qu'il faudrait lancer un appel à témoignage dans le bulletin municipal! Pas d'ambiguité. Nous sommes satisfaits des objectifs énoncés par ces équipes municipales. Mais ne les laissons pas dresser un état des lieux à partir d'une feuille blanche. Vous avez par le passé fait part de demandes à votre maire pour signaler vos difficultés de déplacement et d'accès sur la commune. Faites remonter à notre délégation le contenu et la date des demandes, mieux, une copie d'un éventuel courrier. Vous avez un point difficile ou dangereux sur la voierie à faire connaitre. Faites remonter à la délégation ! Il serait bien pour tous que le représentant APF dans les commissions communales puisse siéger la fois prochaine avec un volumineux dossier de demandes précises à satisfaire. Parce qu'il y a beaucoup à faire et que tout gain de temps est bon à prendre. Parce ce qu'il vaut mieux une évolution discutée qu'un progrès octroyé, si bienvenu soit-il. Claude Goupillière Contacts : 01.60.78.06.63 ou dd.91@apf.asso.fr

  • Manifestation à Etampes sur l'étape du Tour de France le 27 juillet

    Le 27 juillet dernier, la dernière étape du Tour de France cycliste qui devait rallié Paris démarrait d'Etampes.
    Une excellente occasion pour nous de manifester encore et toujours notre exigence d'un revenu décent pour les personnes en situation de handicap.
    Avec l'aide de militants venus des Yvelines (78), nos vaillants participants ont assurés une présence très remarquée aux couleurs jaune et noir du collectif "Ni pauvre, ni soumis".

    Vous pouvez retrouver les photos de cette initiative en cliquant ici.

    A voir aussi le site de "Ni pauvre, ni soumis" : cliquez ici.

  • La prestation de compensation (PCH) est désormais accessible au moins de 20 ans

    Depuis mai dernier, la PCH est ouverte aux enfants de moins de 20 ans, à condition qu’ils aient droit à l’allocation d’éducation de l’enfant handicapée (AEEH). Les parents devront alors choisir entre le complément de l’AEEH et la PCH.

    L’AEEH est accessible aux parents dont les enfants ont un taux d’incapacité d’au moins 50%. Elle est composée d’une allocation de base (120,92 €) qui peut être majorée dans certains cas (coût du handicap, cessation d’activité ou embauche d’une tierce personne) d’un complément (de 90.69 € à 1010,82 €).

    La PCH est accessible aux personnes ayant une difficulté absolue à la réalisation d’une activité essentielle de la vie quotidienne (se laver, se déplacer...) ou une difficulté grave pour au moins deux activités. Elle finance 5 types d’aides : les aides humaines, les aides techniques, les aménagement du logement, du véhicule et les surcoûts de transport, les aides spécifiques ou exceptionnelles et les aides animalières. Le taux maximum de prise en charge de la PCH est de 100 % si les ressources de la personne handicapée sont inférieures à 23 571,66 euros et à 80 % dans le cas contraire.

    Si votre enfant a droit à l’AEEH et à son complément, vous aurez le choix entre conserver l’AEEH et ses compléments (avec possibilité de bénéficier du 3ème élément de la PCH), ou d’opter pour la PCH qui se cumulera avec l’AEEH de base. Selon les cas, l’une ou l’autre de ces solutions sera plus avantageuse. Pour en savoir plus sur les critères de choix, consulter le site du ministère du travail (1).

    Les démarches

    Dans tous les cas, il faut déposer une demande à la maison départementale des personnes handicapées de l’Essonne (MDPHE) (2). Un plan personnalisé de compensation du handicap (PPC) est alors élaboré par une équipe pluridisciplinaire. Ce dernier indiquera le montant des 5 éléments de la PCH et le taux de prise en charge, mais aussi les montants de l’AEEH et de ses compléments.
    Le PPC vous est envoyé 15 jours avant le passage en commission, charge pour vous de le retourner pour la commission. Si vous manifestez un choix il sera pris en compte, dans le cas contraire c’est l’AEEH et ses compléments qui sera choisie en cas de première demande, ou le maintien de la prestation déjà perçue en cas de renouvellement.
    Si la décision de la CDAPH est différente de la proposition figurant dans le PPC, la famille a alors 1 mois pour modifier son choix.
    Le choix de la PCH (versée mensuellement) pourra être revu lors de toute nouvelle demande fondée sur une évolution de la situation. En cas de versement ponctuel (éléments 2, 4 et 5 de la PCH), le choix ne pourra être revu qu’à la date d’échéance fixée par la commission.

    Date d’ouverture des droits

    * Le 1er jour du mois de dépôt de la demande en cas de 1ère demande.
    * Le 1er jour qui suit la date d’échéance en cas de renouvellement de l’AEEH.
    * A 1er jour du mois de la décision par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH), ou à une autre date fixée par la CDAPH (comprise entre la date de décision de la CDAPH et le 1er jour du mois de dépôt de la demande) si la famille justifie de charges prises en compte par la PCH), ceci en cas de réexamen suite à un changement de situation.

    (1) http://www.travail.gouv.fr/espaces/handicap/grands-dossiers/prestations/complement-allocation-education-enfant-handicape-ou-prestation-compensation-comment-choisir.html
    (2) Maison Départementale des Personnes Handicapées de l’Essonne - 93, rue Henri Rochefort - 91000 Evry - Tél. 01 69 91 78 00 - Mail : mdphe@cg91.fr

  • Le groupe gymnastique au SESSD d'Orsay

    RAPPEL : Le S.E.S.S.D. est un Service d’Education et de Soins Spécialisés à Domicile qui soutient l’intégration des enfants de 0 à 20 ans dans tous les aspects de leur vie et assure leur rééducation en collaboration avec leur famille.

    Le mercredi est un jour particulier pour Bastien, Élodie, Fanny, Isaac, Maxime et Romain. (Ils ont entre 5 et 8 ans). Fanny, Bastien, Maxime et Romain arrivent au service, accompagnés de leurs parents pour participer à un groupe gymnastique.

    Ils retrouvent les professionnels qui encadrent ce groupe (Catherine, Sarah et Annette et montent dans le petit bus de la mairie conduit par Johan. Ce petit bus s’arrête aux Ulis pour prendre en charge Isaac, puis, direction Limours où Elodie et ses parents nous attendent déjà.

    Tous ces enfants sont accueillis par une animatrice sportive, Fabienne. Depuis l’année dernière, elle est la présidente du sporting-club de Limours. Elle remplace Madame Balagny, grand-mère d’un enfant pris en charge par le service et qui a beaucoup œuvré afin que le service puisse bénéficier des installations sportives, d’une animatrice et de la possibilité d’intégrer les enfants du service avec ceux inscrits au club. Les enfants de ce groupe ont, comme les autres, une carte de membre du club.

    Les objectifs de ce groupe sont multiples.

    - Constituer un groupe où chacun a sa place en favorisant les échanges ludiques et affectifs.

    - Favoriser la rencontre avec les autres enfants du service pour qu’ils se servent mutuellement de modèles.

    - Permettre à des enfants déficients moteurs d’expérimenter et d’éprouver leur corps en mouvement dans le plaisir.

    - Permettre à chacun de réaliser des expériences corporelles (motrices, sensorielles…), individuelles et de groupe qu’ils ne feraient ni en séance de rééducation individuelle ni à l’école, ni dans un club de leur quartier.

    Adhérer à un club sportif.

    Préparer, pour certains - qui sont motivés et qui ont des compétences motrices et psychiques suffisantes - une intégration individuelle dans leur club local qui pourrait être une source d’épanouissement.

    Les encadrants du service ont des professions différentes et complémentaires :

    - Une kinésithérapeute, Catherine Miserey
    - Une psychomotricienne, Sarah Nebati
    - Une éducatrice spécialisée, Annette Communie.

    L’animatrice sportive Fabienne Lambert connaît le service depuis plusieurs années. Trois réunions par an permettent de préparer le contenu des séances conformément aux besoins de chaque enfant.

    Le déroulement des séances se fait toujours sur le même modèle :

    1160149861.2.gifRéunion de cinq minutes dans le dojo pour se dire bonjour et se donner des nouvelles des uns et des autres afin que les enfants aient conscience d’appartenir à un groupe.
    Échauffement par des petits jeux toujours dans le dojo pour que les éventuelles chutes soient sans danger.
    Les enfants se rendent dans l’autre salle où ils participent avec un groupe d’enfants du club à la deuxième partie de leur cours (parcours avec dominante (sauts, suspensions…) et difficultés croissantes au fil de l’année.
    Les enfants écoutent une histoire qui clôt le cours des enfants du club. Cela leur permet de faire une petite pause.
    Les enfants du service effectuent la deuxième partie du parcours.
    La séance se termine par un moment de calme, sur un tapis très épais sur la mezzanine située dans la même salle.

    A la fin de ce programme chargé, les enfants retrouvent notre chauffeur pour revenir au service.
    En début d’année, les parents peuvent venir voir les installations et rencontrer les personnes qui encadrent.

    En fin de l’année, ils viennent tous à une matinée « portes ouvertes » pour soutenir leurs enfants. Cette année ils sont pour la plupart, très agréablement surpris de constater les progrès de leurs enfants : dans la réalisation des exercices autant que dans la confiance gagnée.

    Ce travail est le fruit d’un accueil chaleureux de la part de tout le personnel du sporting club. Il n’aurait pu se faire sans l’étroite collaboration des professionnels du service avec l’animatrice sportive. Celle-ci est toujours très attentive à toutes nos suggestions. Elle entretient des rapports individualisés avec chacun des enfants. Noël est ponctué par un cadeau spécialement choisi pour chaque enfant, et la fin de l’année par la remise d’une médaille d’une photo de groupe et d’un petit « apéritif » pris avec les parents.
    L’accueil des autres animatrices, Sandrine et Karelle est toujours chaleureux et favorise le passage entre le dojo et la participation au grand groupe.

    Depuis la création de ce groupe, une quinzaine d’enfants y ont participé.

    Trois de ces enfants ont intégré un club sportif, deux d’entre eux par l’intermédiaire d’un club handisport.

    De l’avis de tous, ce groupe est positif sur beaucoup de points ; et l’on remarque qu’il est possible grâce à la complémentarité des compétences de multiples partenariats.

    Annette COMMUNIE
    Catherine MISEREY
    Sarah NEBATI


    SESSD APF d'Orsay
    82 bis, rue de Paris
    91400 ORSAY
    tél. : 01 69 07 92 93 - Fax : 01 69 28 97 72
    sessd.orsay@apf.asso.fr

  • Conseil départemental : élections en vue !

    Le Conseil Départemental se prépare à mettre en place de nouvelles élections.
    Vous êtes motivés par la défense des droits des personnes en situation de handicap et de leur famille.
    Devenez Acteur de votre département !

    Les missions du Conseil Départemental :
    - Met en œuvre les orientations politiques nationales de l'Association des Paralysés de France et définit les orientations politiques départementales,
    - Participe à la définition des actions ressources de la délégation afin de permettre la réalisation des orientations décidées, 
    - Organise parmi les adhérents la représentation politique de l'APF dans le département,
    - Donne un avis préalable sur les projets du département soumis au Conseil d'Administration,
    - Est à l'écoute des adhérents, valide les groupes "Initiative" du département,
    - Rend compte de son mandat aux adhérents au cours de l’assemblée départementale.

    La durée du mandat est de trois ans, à compter de la première réunion du Conseil Départemental élu. Le mandat est renouvelable.

    Vous êtes intéressé ... Inscrivez-vous dès maintenant auprès de votre délégation !

    Nous avons besoin de vous !

    Contact : 01.60.78.06.63 ou dd.91@apf.asso.fr