EMPLOI - Page 3

  • Espace Emploi APF

    Fin 2013, l’APF lançait l’Espace Emploi, un site de recrutement dédié à l’emploi des personnes en situation de handicap (à ne pas confondre avec « APF recrute » qui vise l’accès aux offres APF).


    La solution proposée à titre gracieux par notre partenaire technologique Multiposting permet aujourd’hui de recenser chaque jour plus de 1600 offres d’emploi proposées par plus de 70 entreprises qui à ce jour ont émis le souhait de mettre en ligne une ou plusieurs offres d’emploi, de
    stages, de contrats en alternance (400 offres en cours).


    L’Espace Emploi se décline autour de trois services :


    · Auprès des recruteurs : par la diffusion d’une liste d'offres d'emploi mise à jour quotidiennement (moteur de recherche permettant de filtrer les résultats par zones géographiques, spécialités ou fonctions).


    · Auprès des candidats : par la mise en ligne d’une CVThèque (les candidats peuvent y déposer leur CV afin de se rendre visibles aux recruteurs aux recruteurs adhérents au site. Actuellement
    le site compte 500 CV) et la possibilité de candidater aux offres d’emploi.


    · Auprès des entreprises et des candidats : Un espace information permettant la diffusion et l’accès à l’actualité de l’emploi et de l’entreprise.

     

    Pour accéder au site, cliquez sur le logo "colonne de gauche"

    4010625417.jpg

     

  • DÉCOUVREZ LES DERNIERS CHIFFRES DE L'EMPLOI ET DU HANDICAP UNAPEDA

    emploi-et-handicap.jpgLe nombre de demandeurs d’emploi handicapés bat tous les records. 452 000 travailleurs handicapés pointaient à Pôle emploi fin 2014. 9 % de plus qu’en 2013... et 2,2 fois plus qu’en 2007 !

    Une progression beaucoup plus rapide que pour l’ensemble des demandeurs d’emploi.

    Photo illustré par Philippe Tastet


     

    Les personnes handicapées et l’emploi - Chiffres Clés - Mai 2015  (AGEFIPH et le FIPHP publient les derniers chiffres sur l’emploi des personnes handicapées)

    Ces 2 documents sont publiés sur le site de l’UNAPEDA

    Cliquer sur le lien: Le nombre de demandeurs d’emploi handicapés bat tous les records

     

    Analyse complète sur Faire Face ( APF) 

     

    Source : UNAPEDA
    www.unapeda.asso.fr

  • La caravane des métiers et de l'entrepreneuriat 8, 9 et 10 septembre 2015

    BULLE+CARAVANE.jpg

    Pour sa 2ème édition, la Caravane des métiers et de l'entrepreneuriat en partenariat avec Planèt'Airport, BGE PaRIF.

    Les villes de Grigny et de Villeneuve-Saint-Georges fera la 1ère escale de son parcours à la Maison de l'Environnement et du Développement durable de l'aéroport Paris-Orly, le mardi 8 septembre 2015.

    La Caravane est composée de 4 véhicules au service des demandeurs d'emplois et/ou des porteurs de projets d'entreprise.

    La voiture Aéroports de Paris vous renseignera sur les métiers de la plate-forme aéroportuaire et vous conseillera sur les filières d'avenir.

    Le véhicule de l'association Papa Charlie vous proposera des solutions de mobilité pour vous aider à accéder à votre lieu de travail ou à un rendez-vous pour un emploi (location de véhicule à bas coût).

    Le fourgon de Planèt'Airport vous présentera les parcours d'insertion, d'accès à la qualification et les formations professionnelles concernant les métiers exercés sur les aéroports.

    Le bus de BGE PaRIF quant à lui s'adresse aux porteurs de projets d'entreprise qui souhaitent être accompagnés pour créer, développer ou reprendre une affaire.

    Si vous répondez à l'un de ces critères, présentez-vous à l'un des points de rencontres suivants :


    Mardi 8 septembre :
    10h et 13h et de 14h à 16h à:

    Athis-Mons, Maison de l'Environnement et du Développement durable de l'aéroport Paris-Orly – Face au n°73 avenue Jean-Pierre Bénard.


    Mercredi 9 septembre:

    10h et 13h et de 14h à 18h à:

    Grigny, Esplanade des droits de l'homme (à côté du centre culturel Sydney Bechet et du PIJ).


    Jeudi 10 septembre :

    10h et 13h et de 14h à 18h à

    Villeneuve-Saint-Georges, au croisement de la rue Henri Janin et de l'avenue des fusillés.

    Initiative d'Aéroports de Paris, ce projet s'inscrit dans sa politique de coopération sociale et d'ancrage territorial.

    Il compte parmi les actions mises en œuvre dans le cadre de la charte Entreprise et Quartiers signée entre le ministère de la ville et Aéroports de Paris.

     

    Renseignements au 01 49 75 90 70

  • L'ADAPT/Essonne

    logo.pngL’établissement de L’ADAPT Essonne / Évry  regroupe 2 activités médico-sociales mises en synergie dans un concept de plate forme d’évaluation, d’orientation et d’insertion sociale et professionnelle, au service de personnes reconnues travailleurs handicapés, en voie de réinsertion.
     
     
    "Présentation du Respé" : Bien que venant d'horizons différents, nous nous sommes retrouvés, autour d'un intérêt commun : permettre la rencontre, favoriser l'échange pour que des personnes reconnues travailleurs handicapés puissent poursuivre ou tout simplement vivre leur carrière professionnelle comme tout à chacun.
     
    Quotidiennement, certains d'entre nous accompagnent des personnes en difficulté dans leur insertion professionnelle tandis que d'autre recherchent des profils à intégrer en entreprise. Et pourtant, la rencontre à parfois du mal à se faire !
     
    Alors, nous avons fait vivre ce réseau, et nous allons le faire s'épanouir, s'étoffer davantage.
     
    Regrouper tous nos savoir faire, les mutualiser, les enrichir, pour n'en faire qu'un et le dédier à cette mission qui nous tient à cœur : inclure les personnes handicapées dans le monde professionnel.
     
    Le Respé c'est : 
     
    Des professionnels du placement :
    (Pôle Emploi, Cap Emploi, Dynamique Emploi, L Signes ), 
     
    Des partenaires associatifs (Aide Info Sourds, Alterité, APF, ARES, ARIS, Association Valentin Haüye, Colonie Franco Britanique, Epnak, Espace Singulier, Fondation Léopold Bellan, L'ADAPT, les Papillons Blancs, Réseau des réussites de L'ADAPT Ile de France, l'UGECAM, l'UNAFAM), 
     
    Des partenaires institutionnels :
    (Maison Départementale de Personnes Handicapées, Conseil Général de l'Essonne, Mairie d'Evry, Communauté d'Agglomération Evry Centre Essonne, Communauté d'Agglomération Sénart Val de Seine, Communauté d'Agglomération Les Lacs de l'Essonne, Communauté d'Agglomération du Val d'Yerres, Mairie de Ris Orangis, Mairie de Corbeil Essonnes, Mairie de Brétigny sur Orge, Mairie de Cachan, Communauté de Communes de l'Arpajonnais
     
    Des partenaires au plus proche des entreprises (Alther, CGPME, Maison de l'Emploi Evry Corbeil, Chambre de commerce et d'industrie de l'Essonne, Rotary Club, Opcalia, Aéroport d'Orly), 
     
    Des organismes de formation et de soutien par le travail :
    (Centre Jean Moulin, ERP Onac, CRP Sillery, Centre Beauvoir, COS Nanteau sur Lunain, AFPA, Faculté des métiers de l'Essonne, Esat La Cardon, ANRH, Mosaic Services, Esat la vie en herbe, Pro Emploi Interim, Log'ins,  Althéa, Ateliers Morsaintois, Les Ateliers du vieux Châtre, la Chataigneraie)

  • ESAT : statut des travailleurs d’ESAT

    La CJUE ( La Cour de Justice de l’Union Européenne) a rendu le 26 mars 2015 sa décision suite au renvoi préjudicielle de la Cour de cassation relatif au statut de travailleur au sens communautaire des travailleurs d’ESAT. Les conséquences qui en seront tirées ne sont ni connues ni claires toutefois d’ores et déjà l’APF passe à l’action.

    En 2013, la Cour de cassation saisit la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) d’une question préjudicielle portant sur l’interprétation de la notion de «travailleur» au sens de la directive
    2003/88/CE du Parlement européen et du Conseil, du 4 novembre 2003, concernant certains aspects de l’aménagement du temps de travail ainsi que de l’article 31 de la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne.


    La première chambre de la CJUE a rendu son arrêt le 26/03/2015 et décidé que : « La notion de «travailleur», au sens de l’article 7 de la directive 2003/88/CE du Parlement européen et du Conseil, du 4 novembre 2003, concernant certains aspects de l’aménagement du temps de travail et de l’article 31, paragraphe 2, de la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, doit être interprétée en ce sens qu’elle peut englober une personne admise dans un centre d’aide par le travail, tel que celui en cause au principal. »


    La CJUE renvoie au juge national la responsabilité de « vérifier si les prestations effectivement accomplies par l’intéressé sont susceptibles d’être considérées comme relevant normalement du marché de l’emploi. À cette fin, peuvent être pris en compte non seulement le statut et les pratiques du CAT en cause au principal en tant qu’établissement d’accueil ainsi que les différents aspects de la finalité de son programme d’aide sociale mais aussi la nature et les modalités d’exécution des prestations. »


    1) Sur la procédure : Prenant acte de l’éclairage apporté par la décision de la CJUE sur la question préjudicielle, la Cour de Cassation -qui avait sursis à statuer- devrait probablement suivre cette interprétation et casser le jugement du tribunal d’Instance. La Cour de cassation renverra alors la décision sur le fond vers une juridiction de renvoi à laquelle il appartiendra d’en tirer les conséquences, notamment en vérifiant si les prestations effectivement accomplies par l’intéressé sont susceptibles d’être considérées comme relevant normalement du marché de l’emploi. A ce jour, cet agenda judiciaire n’est pas connu.

    2) Sur le fond : Cette décision (qui traite d’un cas d’espèce portant sur le droit au congé d’un travailleur de CAT dans un établissement précis intervenu avant la loi de 2005 qui permis depuis de reconnaitre aux travailleurs d’ESAT un droit aux congés similaire à ceux des salariés) pourrait emporter des conséquences difficilement mesurables à l’heure actuelle.


    En tout état de cause, la reconnaissance du statut de travailleur au sens communautaire, si elle intervient, ne vaut pas nécessairement reconnaissance du statut de salarié. Plusieurs pistes sont dès
    lors envisageables : statut de travailleur qui pourrait le cas échéant être assimilé au statut de salarié compte tenu des caractéristiques invoquées qui, en France, ressemblent à ceux du salariat ; statut sui
    generis de travailleur d’ESAT au même titre qu’il existe un statut propre aux stagiaires ou aux apprentis notamment ; pas d’octroi du statut de travailleur.


    Cependant dans le cadre de la mise en conformité de la France avec les principes et directives de l’Union Européenne1, il apparait vraisemblable qu’une révision de la palette des droits actuellement ouverts aux travailleurs d’ESAT intervienne.Dès lors et compte tenu des enjeux et de l’importance de ce sujet qui concerne plus de 160.000 personnes en situation de handicap en France, les principales associations représentatives des personnes en situation de handicap et de leur famille et les organisations représentatives du secteur (Unapei, Fegapei, Andicat, Fehap, Gepso, Mutualité française, Cnape et APF) se sont réunies le 4/5/2015 dans l’objectif de partager leurs analyses et de déterminer des modalités d’actions concertées.

    Au regard du temps judiciaire, qui est souvent un temps long, nous avons décidé de mettre en place un groupe de travail interassociatif qui se réunira dès septembre et sera chargé de remettre un livrable pour la fin d’année 2015. Ce groupe aura vraisemblablement à travailler les
    hypothèses et à formuler notamment des propositions d’évolution du droit.

    La Croix Rouge et L’Adapt seront invités à s’associer à ces travaux. Cette démarche proactive nous permettra d’avancer de concert en direction des pouvoirs publics.


    L’APF a également établi des contacts sur le sujet avec la DGCS. Des échanges ont débuté sur ce sujet entre la DGCS, la DGT (Direction générale du travail), le SGAE (Secrétariat général des affaires
    européennes) et le cabinet Neuville. La mobilisation de notre secteur sur la détermination d’une volonté commune s’avère dès lors d’autant plus indispensable.